Home > Festivals > London Short Film Festival, 11th edition - Surreal Worlds

London Short Film Festival, 11th edition

London Short Film Festival, 11th edition - Surreal Worlds

Saturday 18 January 2014, by Elise Loiseau

Ce programme regroupe les courts métrages aux univers étranges, incongrus ou carrément surréalistes. Au programme, un homme pris d’une transe spectaculaire au petit déjeuner, un autre avec une caméra à la place de la tête, et Jésus qui passe prendre le thé. Sélection tout à fait subjective des courts les plus borderline.

L’ASSENZA Jonathan Romney 20 mins

Soirée télé pour Martin et sa femme. Alors que celle-ci se prend de passion pour un film italien des années 60, Martin ne cache pas son ennui. Mais ses sarcasmes cessent lorsqu’apparaît à l’écran son double, au milieu des acteurs. Dès lors Martin parcourt Londres, puis Paris, à la recherche des séances de L’Assenza, devenu obsédé par son double cinématographique.
Peut-être un des meilleurs films vus, L’Assenza convoque l’inquiétante étrangeté chère à Freud, dans une intrigue que n’aurait pas renié Edgar Allan Poe s’il avait vécu aujourd’hui. L’interprétation de Stephen Mangan, célèbre entre autres pour ses rôles à la télévision (I’m Alan Partridge, Episodes) infléchit la tonalité du court vers la comédie, en attribuant à son personnage un air paumé en toutes circonstances tout à fait attachant. L’Assanza ’est un des meilleurs films du programme Surreal Worlds.
http://vimeo.com/74643493

BEAT Aneil Karia 12 mins

Un homme se réveille un matin comme possédé par une force supérieure. Sans plus de commentaire que la vision de son regard parfois extatique parfois révolté, la caméra suit son parcours erratique à travers la ville, le corps secoué de soubresauts. La matière première du film est cette chorégraphie sauvage. Effrayant, hypnotisant, magnifique, Beat est un chef d’œuvre de poésie, violent et anarchique.
Au festival Encounter il y a quelques mois il avait remporté le European New Talent Award. Il a été séléctionné dans de très nombreux festivals : le Rhode Island Film Festival, le Melbourne International Film Festival, le Warsaw Film Festival, et le Brest Short Film Festival, pour ne citer que ceux-là.
le trailer :
http://vimeo.com/search?q=BEAT+Aneil+Karia

THE BOY WITH A CAMERA FOR A FACE Spencer Brown 14 mins

L’histoire d’un garçon né avec une caméra à la place de la tête. Après avoir cédé à l’appel de producteurs télé qui lui proposent d’acheter les images de sa vie pour en faire un nouveau programme de real tv, il prend conscience, trop tard, qu’il a sacrifié sa vie sur l’autel du storytelling.
Le film de Spenser Brown brille par son univers magique, dont l’outrance concourt à souligner l’allégorie portée par le film, sur la manière dont nous vivons aujourd’hui. \n \ncritique sur le London Film Review :
http://www.thelondonfilmreview.com/film-review/short-film-review-boy-camera-face/

GETTING ON Ewan Stewart 9 mins

Un jour comme un autre dans la vie d’une femme d’une cinquantaine d’années. On devine que ses journées sont scandées par les repas servis à son mari mutique, sa fille qui ne fait que passer, ou les visites rendues à sa mère âgée. Au milieu de cette journée comme les autres, Jésus frappe à sa porte.
Ewan Stewart pose un regard sensible sur une existence vouée aux autres et sur le manque de considération. L’apparition surréaliste offre un twist malicieux tout en élégance, et l’on sent une vraie tendresse pour son personnage principal. Sur une idée originale du père du réalisateur.
clip sur Vimeo :
http://vimeo.com/34625642

ROOM 8 James W, Griffiths 7 mins
Jeté dans sa cellule, un prisonnier ne peut résister à l’envie d’ouvrir la boite que son codétenu lui déconseille d’ouvrir. Malgré tout, il brave l’interdit et découvre la réplique exacte de sa cellule en miniature. \n\nLe concept à l’origine de Room 8 tient de l’illusion d’optique et le moins que l’on puisse dire est qu’il est brillamment réalisé. Ce court de James W Griffiths fait partie de ces films qui sont une véritable expérience sensorielle. En l’espace de sept minutes, le réalisateur secoue le spectateur qui, désorienté par les changements d’échelle et la rapidité de l’action (pliée en quelques dialogues) ne comprend pas ce qui lui arrive. Joe Humphrey de Short Sighted Cinema a très bien résumé l’effet « Room 8 » : “When people see it they won’t know what’s hit them before they even realise the credits are rolling.*”\n\n \n\n*http://shortsightedcinema.com/reviews/room-8/\n\nle film est disponible ici :\n\nhttp://vimeo.com/jwgriffiths

THE UNDREAM Alexander Thomas 17 mins

Tom ne dort plus depuis quelque temps. Peut-être est-ce dû à l’amour qu’il porte à sa collègue Poppy, laquelle va bientôt démissionner. Toujours est-il qu’il passe ses nuits à errer dans les rues désertes de la ville, avec sa chapka et ses chaussons pattes d’ours. Mais le manque de sommeil finit par altérer son discernement et bientôt son monde intérieur se mêle à sa vraie vie d’employé de bureau harcelé par son boss. Quand en plus son mug fétiche disparaît, Tom est définitivement désorienté.
The Undream d’Alexander Thomas est un agréable court à la gloire de tous les inadaptés, à côté de la plaque, sur lesquels il porte un regard tendre et amusé. Le court métrage est porté par son personnage de loser attendrissant
deux teasers sont disponibles sur la page Vimeo du réalisateur :
http://vimeo.com/user15539177

Any message or comments?

pre-moderation

This forum is moderated before publication: your contribution will only appear after being validated by an administrator.

Who are you?
Your post

This form accepts SPIP shortcuts [->url] {{bold}} {italic} <quote> <code> and the HTML code <q> <del> <ins>. To create paragraphs, simply leave blank lines.