Accueil > Feature reviews & previews > Le Sentiment de la chair

Le Sentiment de la chair

dimanche 2 janvier 2011, par Jean-Louis Gonnet et Bruno Rolland

À l’occasion d’un examen médical, Héléna, étudiante en dessin anatomique, fait la connaissance de Benoît, un jeune radiologue. Partageant une meme fascination pour le corps humain, ils vont céder à un amour passionnel, mais à leur façon... La faculté d’Héléna à mémoriser le corps de Benoît dans ses moindres détails, l’irrésistible curiosité de Benoît pour les secrets « intérieurs » du corps d’Héléna, vont les mener au bord d’un d’un périlleux précipice dont ils ne mesurent pas l’étendue.

Déjà le titre nous met sur une piste qui nous intrigue : qu’ont en commun le sentiment et la chair ? On pourrait dire que ces deux termes s’opposent et c’est sans doute une des ambitions de Roberto Garzelli de les faire se rejoindre, de trouver ce qui les rapproche. Le film serait peut-etre ce chemin entre ces deux mots.

« Le Sentiment de la chair » est un film qui tente de réconcilier la tete et les sens. Ainsi Helena et Benoit se rencontrent sur un terrain commun, l’amour à bras le corps, l’obsession de l’autre jusqu’aux portes de la folie. « Aime-moi !, mange-moi ! » pourrait dire Helena. Là est tout le projet du film de Roberto Garzelli qui depuis ses premiers courts-métrages s’évertue à dévisager l’obsession chez l’être humain, comme si celle-ci n’était que notre seule façon d’accepter la vie, de la sublimer. Il s’empare ici de cette passion à pleines mains pour plonger physiquement dans le corps de l’autre. Et cette obsession prend corps dans cette volonté de connaître ou se cache le désir,derrière quel organe, d’ailleurs, ne serait-ce pas un organe ? Alors en bon pragmatique on explore le corps de l’autre jusque dans ses tréfonds, ses moindres recoins, et plus on semble s’en rapprocher et plus il s’éloigne.

« Le Sentiment de la chair » est un film double dans la façon dont Roberto Garzelli a de sculpter son histoire. Alors que son regard de cinéaste penche sans aucun doute vers l’école du naturalisme, il flirte cependant ici, au travers de son intrigue, avec un cinéma de genre, s’approchant parfois du « fantastique ». Et c’est ce mariage presque contre-nature entre la forme et son sujet qui nous trouble profondément et fait du « Sentiment de la chair » un film rare dans le paysage du cinéma Français.

Dir : Roberto Garzelli, 2010

Jean-Louis Gonnet et Bruno Rolland, cinéastes, membres de l’ACID
This review appeared on the ACID website : http://www.lacid.fr/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.