Accueil > Feature reviews & previews > L’Attaque de la Moussaka géante

L’Attaque de la Moussaka géante

mardi 24 août 2010, par Kwet

L’objet de la rubrique « Cheezy Monsters » ne pouvait passer à côté de cet ovni (c’est le cas de le dire).

Lors d’un diner en plein air, un petit garçon se débarrasse de son assiette de moussaka, plat traditionnel grec à base d’aubergines et de béchamel, et le jette dans le pré voisin. Au même moment, un groupe de bimbos blondes extraterrestres en plein tourisme spatial échouent dans une manœuvre de téléportation… Et suite à la réaction aquadynamique entre le flux transporteur et la béchamel (???), l’une d’elle se retrouve coincée dans la part de moussaka, qui se met à grandir, et grandir… Et à tout détruire sur son passage à coup de jets de sauce mortels ! Qui pourra sauver la Grèce de son plat préféré ? Réponse : Un groupe de scientifiques gays en blouses roses, un journaliste prêt à tout pour un article et une transsexuelle digne de « Pink Flamingo » de John Waters.

Le fait le plus délirant de ce film est peut-être qu’il a été tourné en 1999 (sorti en France en 2001 !). Il se veut être un hommage aux films de série Z et aux films de John Waters, à travers moult références, et c’est aussi désormais une œuvre phare du mouvement « camp », culture gay de l’exagération et du pastiche.
En lui même le film n’est pas un chef d’œuvre du cinéma ni même des séries Z (dans le genre on préfèrera les films des années 50, le Blob ou L’attaque des tomates tueuses), il manque clairement de rythme à certains moments, mais il a le mérite d’avoir inventé l’un des monstres les plus drôles du cinéma à mon sens, et les effets spéciaux dignes d’un budget équivalent au prix d’un sandwich grec font toujours passer de bons moments… Ed Wood aurait littéralement bavé devant la soucoupe volante et la moussaka qui avance à la vitesse d’une mouche paralytique qui arrive tout de même à engloutir les passants effarés fait un effet bœuf !

Au final ce film pourrait être culte juste grâce à son titre, ou même juste grâce à une bonne recette de cuisine géante et destructrice, mais tout ce qui l’entoure est tout aussi délirant et mérite clairement le coup d’œil. À voir donc, mais sans comparaison avec ses grands frères des années 50 !

Dir : Panos H Koutras, 1999

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.