Home > Festivals > Cork Midsummer Festival – Parallel Cities 2012

Cork Midsummer Festival – Parallel Cities 2012

Sunday 26 August 2012, by Hélène Hoël

Pour ceux qui souhaitent découvrir Cork, seconde ville d’Irlande, juin est la période idéale. Non seulement les touristes y sont moins nombreux, mais le merveilleux Cork Midsummer Festival y prend place tous les ans. Cette dernière édition nous fit découvrir la ville sous un autre jour, mêlant tradition et modernité, artistes locaux ou d’ailleurs. La musique y prédomine, mais l’on vit aussi de la danse, des performances, du théâtre, et parfois un peu de tout ça en même temps. De quoi satisfaire les curieux en tout genre.

Ce qui fait la singularité de cette édition est la mise en place de Ciudades Paralelas – Parallel Cities. Cet ensemble de performances sous la direction de Lola Arias et Stefan Kaegi parcourt les villes du monde (Berlin, Buenos Aires, Varsovie, Singapour, ...) s’y installe quelques semaines et nous fait poser un nouveau regard sur les bâtiments de notre quotidien.

La bibliothèque de la ville, son hôtel, l’usine principale, son centre commercial ou encore ses toits, tous sont investis par les artistes. Bien que le concept reste le même, il s’adapte à chaque ville, à son identité et son histoire.

A Cork, Gerardo Nauman s’est donc intéressé à l’usine Barry’s Tea, entreprise familiale fondée dans la ville en 1901. Dans Factory, le spectateur est invité à une visite guidée des locaux par les propres employés de l’usine. On y découvre les différentes étapes qui mènent à la création du célèbre thé irlandais et l’on entre dans les bureaux, l’atelier, l’entrepôt. Mais le sujet de cette visite est moins axé sur l’usine que sur ceux qui y travaillent, leur quotidien, ce pourquoi ils sont là, et ce qu’ils en rapportent.

Du directeur de l’usine, aux ouvriers, en passant par celui qui va chercher les plantes en Inde ou en Afrique, ceux qui empaquètent les sachets, et Rose la fleuriste qui observe en retrait cette chaîne, tous ont droit à la parole. Aucun d’eux n’est comédien, ils jouent ici leur propre rôle et le font avec une maladresse et une humilité touchante, comme celui qui a quitté son pays pour un emploi et cet autre qui dessine ses souvenirs de voyage sur fond de nuages gris.
Durant quelques heures, ils accueillent des étrangers mais ne s’interrompent pas pour autant dans leurs tâches, l’usine ne s’arrête pas pour nous.

Ce dispositif mène à une situation inconfortable : ils travaillent, nous regardons, passifs. Mais en observant cette mise en scène, on en vient à se demander qui est vraiment le spectateur de l’autre. Les visiteurs viennent perturber la routine des travailleurs, qui eux aussi nous observent avec curiosité, se demandant bien ce qui peut nous intéresser dans leur quotidien.

Gerardo Nauman, chef d’orchestre de cette visite singulière, donne la parole à ceux que l’on n’a pas l’habitude d’entendre. Il l’a met aussi joliment en valeur, déroulant un fil narratif à travers ces « Monsieur et Madame Tout le monde », et c’est émus qu’on les quitte.

Avec Factory, mais aussi Hotel : Chamber Maids, Shopping Center : The First International of Shopping Malls ou Library : The Quiet Volume (autres performances de Parallel cities), la vi(ll)e prend une tournure poétique. On traverse une forêt dans une chambre d’hôtel ou on joint un regroupement d’hurluberlus téléguidés au beau milieu d’une allée commerciale. Cette édition du Cork Midsummer Festival, c’était aussi des artistes de renommée et des spectacles/performances attendus qui ne laissèrent personne sur sa faim : Hungry Tea de Mark Storor, ou encore Rian chorégraphié par Michael Keegan Dolan et admirablement chanté par Liam Ó Maonlaí. Que le temps va sembler long à Cork avant juin 2013 !

Hélène Hoël, juillet 2012

Any message or comments?

pre-moderation

This forum is moderated before publication: your contribution will only appear after being validated by an administrator.

Who are you?
Your post

This form accepts SPIP shortcuts [->url] {{bold}} {italic} <quote> <code> and the HTML code <q> <del> <ins>. To create paragraphs, simply leave blank lines.