Home > Festivals > 11th London Short Film Festival : Love Makes The World Go Round

11th London Short Film Festival

11th London Short Film Festival : Love Makes The World Go Round

Friday 24 January 2014, by Abla Kandalaft

Love makes the world go round s’annonçait comme le contre-pied du programme Fucked Up Love, mais les courts évoquent des histoires peut être plus désastreuses encore. Les personnages de ce programme ont pour point commun leur étrangeté, pour le dire poliment. Harry déjeune tous les dimanches avec sa famille imaginaire, tandis qu’Henry découpe ses conquêtes à coup de machette, et Nigel vit avec des ploucs dans une épave de l’espace. Voici quelques-uns des courts diffusés samedi au Rio Cinema.

DOG John Fitzpatrick 2 mins

Deux hommes dans un champ. L’un d’eux a froid aux pieds.
Un sympathique court sur une tentative hasardeuse de drague au cœur du bayou anglais. Court et efficace !

DOLLFACE Louis Paxton 14 mins

Lilly est invitée à diner chez Harry. Sous le charme, tout se passe à merveille jusqu’à ce que, se trompant de porte, elle tombe nez à nez avec sa fausse famille en mousse. Lilly va être amenée à revoir sa conception de la normalité.
Dollface utilise les ressorts du film d’horreur comme de la comédie pour questionner nos bizarreries, aboutissant au constat qu’elles sont toutes relatives. Pas si grave de s’engueuler avec une nièce imaginaire, finalement.
Un extrait ici :
http://vimeo.com/60560258

LONELY HEARTS Leon Chambers 10 mins

Henrik est un tueur en série appliqué. Il découpe soigneusement ses victimes avant d’en récupérer les cœurs pour les jeter dans une rivière. C’est là qu’il rencontre une jeune femme qui a tout l’air de partager son hobby. Le début d’une belle histoire ?
Lonely Hearts, là aussi mi comédie mi film d’horreur d’inspiration hitchcockienne, parcourt les festivals avec succès. Succès sans doute dû en partie à son héros, lequel emprunte a dessein l’air gentil un peu benêt de Norman Bates dans Psychose. Un tribute comique au maître du suspens très réussi. Lonely Hearts a remporté le prix du meilleur film au festival de Chicago en 2013.
Trailer :
http://vimeo.com/67582103

OFF YER ’EAD Dan Kokotajlo 13 mins

Sheneez est accro à son application de speed dating sur son portable. C’est comme ça qu’elle fait la rencontre de Si, gentil garçon bodybuildé vivant chez sa mère. Si, bonne pâte, ne comprend pas toujours les crises de l’imprévisible Sheneez. Leur relation est vouée à l’échec.
Dan Kokotajlo a travaillé en plan séquences et a fait confiance à ses acteurs en pariant sur leur talent d’improvisation. Il a eu raison car le résultat est un film stimulant, porté par le personnage difficile et nuancé de Sheenez. La surdité partielle du personnage et de l’actrice, ainsi que la trouvaille visuelle des lentilles de contact « démoniaques » crée un personnage impénétrable très intéressant. Le tout est un court métrage réussi, à part, voire un peu perturbant.
Trailer et interview du réalisateur :
http://www.directorsnotes.com/2014/01/17/dan-kokotajlo-off-yer-ead/

ORBIT EVER AFTER Jamie Stone 20 mins

Perdue dans l’espace, une capsule spatiale cradingue abrite les amours contrariées de Nigel. Jeune adolescent romantique, Nigel est prisonnier de sa famille, des ploucs dégénérés de l’espace, qui refusent de le laisser rejoindre celle qu’il aime. Entre les zinzins de l’espace et les Deschiens, Orbite ever after séduit par son univers cradingue très élaboré. Il avait remporté le prix suprême au festival Encounter de Bristol.
trailer
http://vimeo.com/69617686

Any message or comments?

pre-moderation

This forum is moderated before publication: your contribution will only appear after being validated by an administrator.

Who are you?
Your post

This form accepts SPIP shortcuts [->url] {{bold}} {italic} <quote> <code> and the HTML code <q> <del> <ins>. To create paragraphs, simply leave blank lines.